Premiers essais d'un nouveau drone à hydrogène

Désert de Mojave, Californie. Un nouveau drone de surveillance capable de rester 4 jours en vol, avec une envergue plus importante qu’un 757, a réussi son premier essai en vol malgré quelques dégâts mineurs à l’atterrissage.

Le Phantom Eye, drone de Boeing, alimenté par de l’hydrogène liquide, a volé pendant moins d’une demi heure à 1200 mètres d’altitude avant de toucher terre sur un lac asséché à la base Edward Air Force près de Bakersfield. Le train d’atterrissage s’est enfoncé dans le sol au moment de l’atterrissage, mais causant cependant des dégâts mineurs.

La plupart des drones actuellement en mission contre Al Qaida et les talibans, peuvent rester au maximum 40 heures sans ravitaillement.  Le système de propulsion à l’hydrogène liquide du Phantom Eye est prévu pour maintenir l’appareil en vol pendant 4 jours à l’altitude de vingt mille mètres.

« Ce vol place une nouvelle fois Boeing comme un pionnier dans l’aérospatial »  indique Darryl Davis, président de Boeing Phantom Works. Il explique de plus que cet appareil aura une plus grande capacité de « surveillance et de reconnaissance » sur un large territoire.

Le Phantom Eye, propulsé par deux moteur de 150 chevaux, capable de transporter 200kg de matériel d’observation, a une envergure de 46 mètres, soit quasiment huit de plus qu’un Boenig 757. Il a été inauguré en 2010.

« L’équipe est en train d’analyser a présent les données de la mission et se prépare pour le prochain vol », précise Drew Mallow, le chef du programme Phantom Eye. « Lorsque nous ferons voler le démonstrateur à nouveau, nous irons à des altitudes plus élevées et plus exigeantes ».

Source

<< Retour à la liste des articles